jeudi 3 avril 2014

LE PATRIMOINE EURO-MEDITERRANEEN EUROMED HERITAGE

20 mars 2014,
Euromed Héritage<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Protéger notre futur<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Nous prenons soin de notre passé pour protéger notre futur. Nous encourageons la préservation des fontaines, des portes en bois et des dialectes anciens, la restauration des manuscrits anciens et la réhabilitation des immeubles modernes et des théâtres millénaires, afin de sauvegarder l’identité des générations futures et de contribuer à leur compréhension partagée.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
En valorisant le patrimoine culturel, le programme Euromed Heritage soutient le dialogue entre les cultures au sein de la région méditerranéenne.
                                                                       ATTOURAT AL OUROUPPI AL MOUTAWASSITI

Euromed Héritage Protéger notre futur Nous prenons soin de notre passé pour protéger notre futur. Nous encourageons la préservation des fontaines, des portes en bois et des dialectes anciens, la restauration des manuscrits anciens et la réhabilitation des immeubles modernes et des théâtres millénaires, afin de sauvegarder l’identité des générations futures et de contribuer à leur compréhension partagée. En valorisant le patrimoine culturel, le programme Euromed Heritage soutient le dialogue entre les cultures au sein de la région méditerranéenne.
La ville Européenne de Meknès (capitale de Moulay Ismail) modèle de l'architecture coloniale : Attourat Al Ourouppi Al Moutawassiti. Ci-dessus une plaque de l'époque coloniale, les gens du pays donnait à cet espace, le nom de ... 7amria !
La ville Européenne de Meknès (capitale de Moulay Ismail) modèle de l'architecture coloniale : Attourat Al Ourouppi Al Moutawassiti. Ci-dessus une plaque de l'époque coloniale, les gens du pays donnait à cet espace, le nom de ... 7amria !
TETOUAN : LA MEDINA PATRIMONIO MUNDIAL................Processus d'inscription<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
1 - La Liste indicative : La première chose que le pays doit faire est de dresser un inventaire des sites naturels et culturels les plus importants situés à l’intérieur de ses frontières. Cet inventaire est appelé La Liste indicative et constitue un état prévisionnel des biens que l’Etat partie peut décider de proposer pour inscription au cours des cinq à dix années à venir ; elle peut être mise à jour à tout moment. C’est une étape importante, car le Comité du patrimoine mondial ne peut étudier une proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial si le bien considéré ne figure pas déjà sur la Liste indicative de l'Etat partie.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
2 - Le dossier de proposition d’inscription : Le fait de préparer une Liste indicative dans laquelle il sélectionnera des sites permet à l’Etat partie de planifier la soumission des dossiers de proposition d’inscription. Le Centre du patrimoine mondial peut conseiller et aider l’Etat partie à préparer ce dossier qui doit être aussi exhaustif que possible, avec toute la documentation et les cartes requises. La proposition d’inscription est alors soumise au Centre qui vérifie si elle est complète. Si c’est le cas, le Centre l’envoie à l’organisation consultative compétente pour évaluation.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
3 - Les organisations consultatives : Les biens proposés pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial sont évalués par deux organisations consultatives indépendantes, désignées par la Convention du patrimoine mondial : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et l’Union mondiale pour la nature (UICN) qui fournissent respectivement au Comité du patrimoine mondial des évaluations des sites culturels et naturels proposés pour inscription. La troisième organisation consultative est le Centre international d’étude pour la préservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), un organisme intergouvernemental qui donne au Comité des conseils avisés sur la conservation des sites culturels ainsi que sur les activités de formation.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
4 - Le Comité du patrimoine mondial : Une fois qu’un site a été proposé et évalué, c’est au Comité intergouvernemental du patrimoine mondial qu’appartient de prendre la décision finale concernant son inscription. Une fois par an, le Comité se réunit pour décider quels sites seront inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Il peut aussi différer sa décision et demander aux Etats parties de plus amples informations sur leurs sites.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
5 - Les critères de sélection : Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection. Ces critères sont expliqués dans les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial qui est, avec le texte de la Convention, le principal outil de travail pour tout ce qui concerne le patrimoine mondial. Les critères sont régulièrement révisés par le Comité pour rester en phase avec l’évolution du concept même de patrimoine mondial.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Jusqu’à la fin de 2004, les sites du patrimoine mondial étaient sélectionnés sur la base de six critères culturels et quatre critères naturels. Avec l’adoption de la version révisée des Orientations, il n’existe plus qu’un ensemble unique de dix critères.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
- Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (9) Culturel<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Ksar d'Aït-Ben-Haddou (1987)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Médina de Fès (1981)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Médina de Marrakech (1985)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Médina de Tétouan (ancienne Titawin) (1997)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Médina d’Essaouira (ancienne Mogador) (2001)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Rabat, capitale moderne et ville historique : un patrimoine en partage (2012)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Site archéologique de Volubilis (1997)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Ville historique de Meknès (1996)<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Ville portugaise de Mazagan (El Jadida) (2004)
TETOUAN : LA MEDINA PATRIMONIO MUNDIAL................Processus d'inscription 1 - La Liste indicative : La première chose que le pays doit faire est de dresser un inventaire des sites naturels et culturels les plus importants situés à l’intérieur de ses frontières. Cet inventaire est appelé La Liste indicative et constitue un état prévisionnel des biens que l’Etat partie peut décider de proposer pour inscription au cours des cinq à dix années à venir ; elle peut être mise à jour à tout moment. C’est une étape importante, car le Comité du patrimoine mondial ne peut étudier une proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial si le bien considéré ne figure pas déjà sur la Liste indicative de l'Etat partie. 2 - Le dossier de proposition d’inscription : Le fait de préparer une Liste indicative dans laquelle il sélectionnera des sites permet à l’Etat partie de planifier la soumission des dossiers de proposition d’inscription. Le Centre du patrimoine mondial peut conseiller et aider l’Etat partie à préparer ce dossier qui doit être aussi exhaustif que possible, avec toute la documentation et les cartes requises. La proposition d’inscription est alors soumise au Centre qui vérifie si elle est complète. Si c’est le cas, le Centre l’envoie à l’organisation consultative compétente pour évaluation. 3 - Les organisations consultatives : Les biens proposés pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial sont évalués par deux organisations consultatives indépendantes, désignées par la Convention du patrimoine mondial : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et l’Union mondiale pour la nature (UICN) qui fournissent respectivement au Comité du patrimoine mondial des évaluations des sites culturels et naturels proposés pour inscription. La troisième organisation consultative est le Centre international d’étude pour la préservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), un organisme intergouvernemental qui donne au Comité des conseils avisés sur la conservation des sites culturels ainsi que sur les activités de formation. 4 - Le Comité du patrimoine mondial : Une fois qu’un site a été proposé et évalué, c’est au Comité intergouvernemental du patrimoine mondial qu’appartient de prendre la décision finale concernant son inscription. Une fois par an, le Comité se réunit pour décider quels sites seront inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Il peut aussi différer sa décision et demander aux Etats parties de plus amples informations sur leurs sites. 5 - Les critères de sélection : Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection. Ces critères sont expliqués dans les Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial qui est, avec le texte de la Convention, le principal outil de travail pour tout ce qui concerne le patrimoine mondial. Les critères sont régulièrement révisés par le Comité pour rester en phase avec l’évolution du concept même de patrimoine mondial. Jusqu’à la fin de 2004, les sites du patrimoine mondial étaient sélectionnés sur la base de six critères culturels et quatre critères naturels. Avec l’adoption de la version révisée des Orientations, il n’existe plus qu’un ensemble unique de dix critères. - Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (9) Culturel  Ksar d'Aït-Ben-Haddou (1987) Médina de Fès (1981) Médina de Marrakech (1985) Médina de Tétouan (ancienne Titawin) (1997) Médina d’Essaouira (ancienne Mogador) (2001) Rabat, capitale moderne et ville historique : un patrimoine en partage (2012) Site archéologique de Volubilis (1997) Ville historique de Meknès (1996) Ville portugaise de Mazagan (El Jadida) (2004)
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LE PATRIMOINE DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LA PORTE D'ENTREE DE L'EX BANQUE D'ETAT DU MAROC DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
LA PORTE D'ENTREE DE L'EX BANQUE D'ETAT DU MAROC DE LA VILLE EUROPEENNE DE TETOUAN.
                                                                                    §§§§§§§§§§

PATRIMOINE LE FORT ROTTEMBOURG DE RABAT

22 mars 2014,
-                   La légende de la première carte postale : Fort Rottembourg (construit par les Allemands).
- Que faut-il faire pour remettre à flot ce monument historique, qui ne pointe plus ses canons vers l'océan, c'est l'un des dernier témoins des "convenances" conclues entre les puissances pour se porter "au secours" du Maroc ...
                                                                     
- Sous le règne du Sultan Moulay Hassan I°, les travaux de construction du nouveau borj seront dirigée par l'ingénieur allemand du nom de Rottembourg, la fameuse maison Krupp livrera les canons.
Sous le protectorat, le nom de Rottemberg sera remplacé par celui de Hervé ! Il s'agit du Capitaine Hervé dont une des rues de Casablanca portera aussi le nom, remplacé après l'indépendance par celui de Moha ou Said, un authentique enfant du pays et grand résistant.                               
- l'exemple de ce fleuron du patrimoine du Maroc est édifiant ... les changements de noms sont loin de correspondre aux intérêts historiques du pays : borj jedid, fort Rottembourg, fort Hervé ! A priori, tous les moyens sont bons pour orienter les ... canons vers des objectifs qui ne sont pas forcement les nôtres ...
Rabat.
Rabat.
Rabat : Le Fort Rottembourg sous la surveillance des zouaves.
Rabat : Le Fort Rottembourg sous la surveillance des zouaves.
Rabat : Le Fort Rottembourg.
Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.
Photo Abdellah Naguib - Rabat : Le Fort Rottembourg.

                                                                                               L A  M A K I N A  D E  F E S
23 mars 2014,
Il s'agit de l'arsenal fondé par le Sultan Moulay Hassan I° pour la fabrication d'armes. C'est la mission militaire italienne au Maroc qui sera chargée de l'étude et de la réalisation du projet, l'ingénieur italien Martinori dirigera les travaux de construction et d'installation du matériel. La proximité de l'oued Fès contribuera à actionner les turbines de l'arsenal.
C'était l'une des rares réalisations de cette envergure à l'échelon africain et un véritable bijou du patrimoine du Maroc.
La porte principale de l'arsenal.
La porte principale de l'arsenal.
Oued Fès qui va permettre d'actionner les turbines de l'arsenal.
Oued Fès qui va permettre d'actionner les turbines de l'arsenal.
La porte du Mechouar à proximité de l'arsenal.
La porte du Mechouar à proximité de l'arsenal.
Les ateliers.
Les ateliers.
Les Canons Marocains.
Les Canons Marocains.
LE PATRIMOINE ANDALOUAbdellah Naguib histoiredecasablanca.ma

Abdellah Naguib histoiredecasablanca.ma

L'ARCHITECTURE COLONIALE DE LA VILLE EUROPEENNE DE CASABLANCA - 1 -


Le Web

 
 
 
 

 
 
 

L'ARCHITECTURE COLONIALE DE LA VILLE EUROPEENNE DE CASABLANCA - 1

                                                     ******************

                               §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

   HISTORIQUE de LA VILLE EUROPEENNE DITE ... CENTRE-VILLE.

                          ***************************
Article du journal Le Monde, relatif aux trésors Arts déco de Casablanca.
Légende de la photo : Les immeubles Arts déco boulevard Mohamed V, (Mohammed V) dans l'ancien quartier colonial français.
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§
 
Le premier Arrondissement de Casablanca est celui de Sidi Bousmara en Ancienne Médina à l’intérieur des remparts, les rues avaient pour noms :
-Aouja, Anfa, Azemmour.
-Bab Elkdim, Bab er Rha, Bab Souk, Bab Marrakech, Belgique, Bouchaib (Impasse), Boucheron(place), Bou Kouima, Bou Smara, Bab El Afia.
-Capitaine Ihler, Centrale, Chleuh, Commerce (place),  Commandant Provost, Consistoire, Croix Rouge. Consulats d’Angleterre, de France, d’Espagne.
     -Dar el Makhzen, Dar Miloudi (Impasse), Dar Tebib, Douane, de Kergolay (place).
      -El Arisch, El Arsa, El Bir (Impasse), Eddehaibiya, Jemel, Bin Jouamaa,
Eddenia (Impasse), El Hejajma, El Haj Bouazza, El Haddad (Impasse) El Guebbas, El Kheddama (Impasse), El Ksob (Impasse), El Kheir,
Essania, Es-Sour, El Tsour (Impasse) El Tiour, El Midra (Impasse) El Zebboudja (Impasse)
    -Fes, Four, Fondouk, Frina Kebira, Frina Seghira, Guenaoua (Impasse)
-Guerouani (Impasse)
-Hejajma, Hammam, Hammam Sebaa broum, Harrousa…
    -Jamaa Chleuh, Jamaa Ben Mellouk, Jamaa Souk, Jadida.
-Kharrouba, el Kheir, Lalla Taja, Larache…
-Lapeen : Famille d’origine espagnole -La Penà- venue de Gibraltar, John fut nommé Vice Consul d'Angleterre en 1875.
     -Marché aux Grains, Marrakech et Place de Marrakech, Mazagan, Médiouna, Mellah, Mezouar, Mogador, Moulin, Mission.
   -Naçeria, Nakhla. Ouled Haddou. Port, Prison. Rebbi Lyahou,
 Rabat. Safi, Salé, Seghira, Settat,
    -Sidi Belyout, Bou Smara, Fatah, Mbarek, Regragui.
     -Sour Jedid, Tanger, Tetouan, Tnaker, Tolbas (Impasse).
-Zizouna (Impasse) etc...
Mis à part les "Marabouts"  lire les Saints de la ville, les personnalités Marocaines ne font pas parti du paysage. A l'extérieur des remparts, pour mieux tenir en tenaille l'Ancienne Médina, il sera attribué aux artères du pourtour de la ville ancienne, les noms ci-dessous :
Bd Ballande (Almohades), Bd du 4 ème Zouaves (El Hansali-Houphouët Boigny), Bd du 2ème Tirailleurs (Tahar El Alaoui), Bergasse du Petit-Thouart.  
Les voies qui mènent vers l'Ancienne Médina ont été baptisées: Capitaine Hervé (Moha ou Said), Anglais, Fayolle, Dr Gieure, Bd de la Légion (Bin El Ouidane), Gaston Krantz (Goulmima) et Sour Jedid.

                                 *****************************
L'appellation des rues de la ville européennes, fera l'objet d'une attention particulière du Conseil de la ville, nous aurons l'occasion d'y revenir . Les premières plaques ont été placardées en Ancienne Médina, ce sont des algériens qui assuraient  la traduction des plaques bilingue ex:

                                                        La première génération des plaques
Photos Naguib: Les anciennes plaques des rues constituent, une partie de la mémoire de l'Ancienne Médina et de son patrimoine.
************************************
Les plaques des rues de la ville européenne pour leur part,  représentent une mine d'informations précieuses. Ci dessous, une partie des premières plaques de la ville européenne:

                                                  La deuxième génération des plaques, avant l'indépendance:
***************************************************
Istemboul Istemboul...
En cas d'urgence...
le commandant...
Photos Naguib.
trois couleurs.
fer trempé, Steenstraat... Comme ça se prononce! C'est quoi la bartisibatioun...
zellij.

Photo anonyme: Plaque commémorative: C'est le chef de bataillon Jean Provost, promu commandant à titre posthume qui donnera son nom à la première rue de l'Ancienne Médina.
**********************************************
Hormis les quartiers des Habous et Baladia, propriétés du Makhzen et derb Martinet, qui s’attribuèrent des noms de personnalités Marocaines ; Tous les autres quartiers de la Nouvelle Médina, Ain Chok, Carrières Centrales (Hay el Mohammedi), Ben M’sik, El Kabîr, Bouchentouf …ont bénéficié d’un système de numérotation particulier ex rue N° maison N°...
Pour faire bonne mesure, les autorités ont eu la délicatesse de draper une poignée d’artères, en Nouvelle Médina, de noms aussi étranges les uns que les autres pour les autochtones : Rues d’Abyssinie, Zambèze, Andrinople, Jaffa, Monastir, Angora, et dans un dernier sursaut, une petite concession qui s’est traduite par les Rues Tadla, Béni  M’Guild, Gharb, Ait Yafelman.
***************************************
La Rue du Théâtre Municipal.
**********************************
Les fantaisies de la ville Européenne
**********************
Hotel Guynemer Rue Pegoud.
Rue Augustin Sourzac
Au Petit Pousset du Bd de la Gare
A l'angle de la rue nationale, immeuble espagnol de 1912, l'une des premières plaques de la ville européenne, en dessous les plaques des architectes et de l'entrepreneur... Evidemment qu'il y avait d'autres corps de métiers, le promoteur etc.
Il s'agit de l'inauguration de la poste principale de la ville européenne, en l'absence de toutes indication utiles. Pourtant, le financement provient des deniers publics... Tous les moyens de propagande étaient permis...
Photo Naguib: Stèle commémorative en hommage à "l'explorateur" Charles de Foucauld, inaugurée par le Maréchal Lyautey le 22 Décembre 1922. Au même titre que celle de la poste , il fallait laisser en place la plaque "Foucauld", qui fait partie de notre patrimoine.
M U C C
*****************************************
Les membres du Conseil de la ville de Casablanca, ne manquaient pas d'imagination, ils choisirent des Appellations qui conviennent à l'allure de la ville européenne jugez en:

Bullet, Bussang, Calam, Cambo, Cantenac, Carqueirane, Cavaliers Courcy, Cettigné, Chatel-de-Joux, Chazette, Chebroux, Clarcias, Collioure, Corras, Coysevox, Crocheton, Croisic, Coup, Francisque-Sancey, Do-Hu, D'Het-Sas, Darqotni, Fer-en-Dartenois, Jacgle, Friol, d'Essling, de Caucale, de Naurouze, des Prefailles, Rapp, Arums, Bergasse du Petit-Thouart, Boêsinghe, Opitz, Pil Kem, Hégésippe-Moreau, Radziwill etc...
l'appellation d'Anfa à été, il faut le reconnaître, choyée par le dit Conseil :
Boulevard d'Anfa, aire d'Anfa, boucle d', corniche d', lice d', rampe d', Route d' et Anfa supérieur.
******************************
Photo Naguib: Plaque commémorative " La foi d'une communauté franciscaine et paroissiale a bati en témoignage de son esperence et de son amour pour ce pays etc...
                    Photo Naguib: Plaque de La Ligue Feminine d'Action Catholique.
                  Photo Naguib: Plaque commémorative à Fédala (Mohammedia).
      ***********************************
Photo Naguib: stèle commémorative, relative au débarquement français sur La terre marocaine le 7 août 1907.

                            Le Commandant Provost tué à Casablanca en 1907 ( Jean Provost) tué lors d'un engament avec les résistants de  la Chaouia.
         Photo Naguib: monument commémoratif "Aux soldats d'Outre Mer morts pour la France"
                                      Photo Naguib: Le Souvenir Français.
             *******************************

Carte postale:  "Monument Commemoratif des massacres de juillet et août 1907" . Ce monument se trouvait (avant son transfert à El Hank) à l'intérieur du cimetière français derrière les Galeries Lafayette.
Il y a massacre et massacre...
Pour un marocain, entre août 1907 et mars 1956, le seul et unique commentaire plausible et non compromettant concernant "ces événements" c'était:
Ma 3and  Lmeyyet Ma Yedir 9oddam ghassalou 

                Photo Naguib du "Monument Commémoratif des massacres de juillet et août 1907".

                   *************************
     Carte postale: Soissons, Monument du Lieutenant Pillot, mort à Casablanca le 14 juillet 1908.
Photo Naguib: 1908, Monument Commémoratif d'un français d'origine algérienne, mort à Merchich lors de l'attaque de la Kasbah de Médiouna. Ce Monument se trouve toujours au bord de l'ancienne route de Marrakech à hauteur de Merchich.
Photo Naguib: Plaque commémorative de l'ex Consulat d'Allemagne en Ancienne Médina.

Quatre photos par Naguib: Relatives aux 344 soldats allemands qui reposent, au cimetière européen de Ben Msik.
Photo Naguib: Monument commémoratif " L'AVIATION MILITAIRE A SES MORTS" au cimetière de Ben Msik.
Photo Naguib: Monument commémoratif à la mémoire des officiers de la marine marchande.
Photo Naguib: Monument à la mémoire de George M Grieve.
                                             Statue de John Dal Piaz inaugurée en 1928.
                                                    Photo Naguib
                                   Photo Naguib: Plaque Commémorative.
                           Photo Naguib: Le carré des soldats anglais.
                                 Photo Naguib: Le carré des soldats anglais.
          Carte postale: Inauguration en 1951 de la statue du Général Leclerc au parc Lyautey.
        Photo Naguib: Place de la Division Leclerc. Pas besoin d'être grand clerc pour rectifier...
                    ******************************************
                                                Photo Naguib: Jean Mermoz.
Monument souvenir en granit des Vosges
Inauguration le 20-7-1924 de la statue de la Victoire, connue aussi sous le nom de statue de l'amitié franco-marocaine. Au premier rang Mr le Maréchal et Mme Lyautey et le représentant de la ville Son Excellence le pacha Si Abdelouahed, qui avait l'air un peu soucieux... 
                                    Photos Naguib: Monument aux morts pour la France.
                                     Photo Naguib: Plaque Commémorative.
                                   Photo Naguib Plaques commémoratives.
                       Photo Naguib: Stèle commémorative - Aux victimes du Devoir-
                     Photo Naguib: Partie basse du monument commémoratif anglais.
                                Photo Naguib: Aux soldats inhumés au Maroc.
   Photo Naguib: monument commémoratif - Aux soldats musulmans morts au service de la France-
                                   Photo Naguib: Le carré des monuments commémoratifs.
       Photo Naguib: Ossuaire des soldats sénégalais morts en service dans l'armée française.

                                    1944: Monument des goums à Bouznika
   Photo Naguib: 1915, Monument du 128° Régiment des Territoriaux à Ain Gueddid, route côtière d'Azemmour.
                      Photo Naguib: Plaque commémorative à Mohammedia ex Fédala.
                             Photo Naguib: Stèle à la mémoire du Sous-Lieutenant Blondin.
                                Photo Naguib: Statuettes à l'entrée d'une des villas Banon.
                       Le Monument aux morts du 1er Zouaves dans la Caserne à Casablanca.
                                                                                Photo Naguib: Stèle au bord de l'ancienne route de Rabat.
                                         Photo Naguib: Saint François d'Assise.
                 Photo Naguib: Symbole de protection , façade d'un immeuble du Bd Rahal El Meskini ex Bd de Lorraine.
                                                            Photo Naguib: Autre symbole ... Cette plaque de la Rue El Arar ex Rur Gay Lussac.
                                         Photo Naguib: Belle statuette .
                              *******************************
                              Photo Naguib: Monument commémoratif - Aux morts pour la patrie -
 Statue représentant deux soldats blessés, exposée lors de l'exposition Franco-Marocaine de 1915. Cette carte postale a été retirée de la circulation.
                               Légende - Nos Tombes militaires - Au centre, une stèle des tombes portant le croissant et l'étoile...
Statistiques significatives sur l'occupation de la ville, les gens du pays représentent 54% de la population...
Inauguration du Monument à la mémoire du Capitaine Ihler, qui trouva la mort lors d'un engagement avec les résistants, route de Bouskoura: l'expression du regard de ces gens, ne laisse planer aucun doute sur leur détermination à "conserver" l'acquit.
Le Monument commémoratif à la mémoire du Capitaine Ihler. route de Bouskoura. Comme pour enfoncer le clou, les autorités d'occupation militaires donnèrent le nom des officiers Ihler et Provost au principales artères de ... l'Ancienne Médina, en veux-tu en voilà.
l'inauguration du Monument à la mémoire de Charles de Foucauld, présidée par le Maréchal Lyautey...
Photo Naguib: La rue qui portait le nom de cet Officier Explorateur Prêtre Apôtre du Sahara, inaugurée le 29 décembre 1922 par le Maréchal Lyautey se trouvait au centre de la Ville Européenne...
Photo Naguib: La guerre du Rif.
Photo Naguib:  Il aurait été injuste de "vouloir perpétuer " les soldats, officiers, architectes, peintres et oublier, Monsieur l'inspecteur général Gaston Delure.
         Mohammedia: Monument commémoratif du débarquement américain en novembre 1942.
Place Mohammed V ex place Lyautey.
                     *****************************************
                                                     Cadran solaire.
                                         Cérémonie de funérailles.
                           Les blindés chargés de la défense de la ville européenne.
                     ***************************
Les monuments commémoratifs classés de la place Lyautey.Patrimoine de la ville:
                           
1-  Dans un angle de la place ont été conservées une baraque en planche avec une verandah appelée la ‘’ Volière ‘’ sur laquelle une plaque de marbre porte ces mots : "Cette baraque fut le premier poste de commandement du corps de débarquement du Maroc, occupé d’abord par le général Drude puis par le général d’Amade". Monument classé.

























                                 Monuments classés, faisant partie du patrimoine.

3- La statue de la Victoire ex statue de l'Amitiée Franco Marocaine, déplacée à Senlis en France.
Le 20-7-1924:Inauguration de la statue en présence du Résident Général Lyautey, son épouse du Pacha Si Abdelouahed et de la colonie européenne. Au fond le Tribunal et la Subdivision.
La statue de la Victoire, à droite les services municipaux.
La statue de la Victoire, au fond l'Eglise du Sacré Coeur. Rien n'est laissé au hasard...
********************************
4- La plaque commémorative du débarquement en aout 1907: "C’est sur ce sol que le 7 août 1907, au premier débarquement français sur la terre marocaine, le général Drude établit son poste de commandement, planta son fanion, dressa sa tente, et que fut installé le premier quartier général du corps d’occupation. C’est de cet emplacement historique, fidèlement sauvegardé, qu’a rayonné sur le Maroc, notre action militaire, politique et économique ».
A gauche la plaque commémorative du débarquement du 7 aout 1907.
Photo Naguib: La plaque après son déplacement au consulat de France.
******************************
5- La statue du Maréchal Lyautey:
Dans l'atelier du sculpteur Cogné.
La statue du Maréchal Lyautey en 1950, à gauche les services municipaux à droite la caserne Heude, du 4ème Zouaves.
Photo Naguib. La statue du Maréchal Lyautey à l'intérieur du Consulat de France.
Photo Naguib. Statue du Maréchal Lyautey.
Photo Naguib. Statue du Maréchal Lyautey.
           *************************
6- Devant le Cercle militaire une pyramide portant cette inscription :
‘’Ici tomba, le 18 août 1907, Berrouch Abd El Kader Bouzian, soldat au 2eRégiment de Tirailleurs Algériens. Le général d ‘ Amade au premier soldat mort en Chaouia pour la France ».
                    ***********************************
Au premier plan la caserne Heude ex Zouaves, au fond les locaux du tribunal militaire, ce monument du patrimoine colonial, mémoire de l'histoire de la résistance à été malheureusement démoli...
                                  La subdivision militaire de la place Lyautey.
Place Lyautey.
Vue aérienne de la place Lyautey avant son aménagement, au premier plan les baraquements des casernes.
Il s'agit bel et bien de la place Lyautey avant la construction des Services Municipaux - La Wilaya - Entre la première et la deuxième guerre mondiales, un quiproquo s'est emparé des appellations, aussi bien de la place que de la statue de la victoire et où de l'amitié franco marocaine.

*****************************************

La place Lyautey, à gauche la statue du Maréchal, à droite la baraque de l'état major et l'automobile club, au fond la statue de la victoire et l'église du Sacré coeur.
Le palais de la région militaire sur la place administrative.
Photo Naguib.
Bureaux de la Subdivision et de la Place (Militaire).
Photo Naguib: Plaque de la Place Mohammed V-
Vue à partir de l'automobile club marocain, au fond le tribunal et la subdivision avant la construction des services municipaux.
Photo Naguib: Le Tribunal.
                               ******************************
ASSOCIATIONS :

Les sociétés autorisées à Casablanca en 1916, il est inutile de se poser la question si oui ou non il y avait une quelconque société marocaine (constituée de Marocains). La nature d’activité de ces sociétés, nous donne une idée sur l’importance que revêtira  la ville européenne, véritable espace réservé exclusivement aux nouveaux venus :

-Amicale des Vétérans du Maroc : venir en aide aux sociétaires  nécessiteux.

-Association Générale des Propriétaires : Contribuer au développement de Casablanca…

-Association Mutuelle des Représentants, Agents commerciaux et Voyageurs Français au Maroc.

-Club Athlétique Marocain : Encourager et développer le goût du sport au Maroc…

-Club Sportif Colonial : Resserrer les liens de camaraderie entre les ses membres…

-La Dauphinoise du Maroc, Les Enfants de L’Auvergne, Les Francs-Comtois de Casablanca.

-Le Foyer : Centre de réunions mondaines et familiales.

-La Goutte de Lait, Groupement Lyonnais du Maroc, Ligue Française Anti-Allemande : Développer la vitalité de la race française et de l’armer contre les tentatives de pénétration et de domination de la race allemande. Société des Architectes du Maroc. Société de Géographie du Maroc. Société Française de Bienfaisance de Casablanca. Société Marocaine de Protection aux Animaux. Syndicat Commercial Français. Syndicat des Courtiers en Grains, Céréales et Laines.

L’Union Algérienne : Grouper tous les Français venus d’Algérie au Maroc…
                                            **************************
1928: L'Association des Algériens au Maroc. Au premier rang, le 2ème à partir de la droite, le photographe Marcellin Flandrin.
              1929: L'Association Amicale des Algériens, place Edmond Doutté (La Chope).
                                                                                1929: L'Union Générale des Corses ( Hotel Excelsior).

                              Bonne Année de Casablanca... Nombreuses, sont les femmes marocaines, qui n'ont jamais mis les pieds en ville européenne ... Il en ai de même de nombreux européens, natifs de Casablanca, qui n'ont aucune idée, sur les conditions de vie dans les quartiers dits "indigènes".
Place Lyautey en 1940: Participation marocaine, lors d'une manifestation organisée par les Vichystes-Pétainiste.
                                          **************************         
 
 
La Presse européenne à Casablanca :

Le dénombrement des publications et périodiques au 1er janvier 1936 à Casablanca, d’après les inscriptions du dépôt légal  s’élevait à : 5 Quotidiens, 1 bi hebdomadaire, 17 hebdomadaire ; 2 bimensuels ; 33 mensuels ; 2 bimestriels; 7 trimestriels ; 6 annuels …

La classification de ces périodiques  est diverses : Information, Opinion, Politique, Groupements corporatifs, Clubs et associations, Bulletins des corps élus, Group. Ethniques (italiens), Group. Publication des services  administratifs, des sociétés savantes, Législation, Economie, Agriculture, Beaux-arts, Littérature, Divers (T.S.F.) Automobile, Tourisme, etc.

Au hasard des titres … BULLETIN DU SYNDICAT GENERAL DE L’ENSEIGNEMENT LAIQUE. L’AFRIQUE DU NORD ILLUSTRE -  LE PETIT CASABLANCAIS  - LE PHARE – LA RADIO AFRICAINE – LE SOLEIL DU MAROC -  LA CONSTRUCTION AU MAROC -  LE CRI MAROCAIN – L’EVOLUTION MAROCAINE – LE JOURNAL DE CASABLANCA – LA GRIFFE MAROCAINE ET LA GRIFFE RURALE – LE SOLEIL MAROCAIN - LE MAROC SOCIALISTE – LE SOCIALISTE MAROCAIN –LA VOIX FRANCAISE – ASS. DES OFFICIERS DE RESERVE DE CASABLANCA – France - JE SUIS LA VOIX  (paroisse Saint – Antoine du Maârif.)- l’ORPHELIN DE GUERRE – revues  de : l’AERO-CLUB,  DE LA LEGION ETRANGERE,  LE SOUS OFFICIER AU MAROC- L’AUTOMOBILE CLUB - LES CHAMBRES DE COMMERCE ET D’AGRICULTURE – ECO D’ITALIA – RIVISTA ITALO MARROCHINA -  l’UNION MAROCAINE- ECHO DU BLED – ANTINEA – CASA REVUE – ANNUAIRE DES COLONS – LES ZENATAS FEDALA – L’AVENIR ILLUSTRE - L’EFFORT MAROCAIN - L’ENTREPRISE AU MAROC – L’HEURE - L’ANNUAIRE DES COLONS – CASA QUI RIT – LA CHAOUIA – CHRONIQUE DE BELGIQUE, hebdo. Pour la défense des intérêts belges – CRI DU MAÂRIF (Satirique), L’ERE FRANÇAIS, hebdo – LA GAROUNO, (Mensuel Journal de la Fédération des Groupements du Sud-Ouest) – HERALDO DE MARUECOS – MAROC CATHOLIQUE (Eglise Notre Dame) – LE REVEIL DU MAROC,  VIE CASABLANCAISE …


AUTRES PERIODIQUES (bimensuels, mensuels, et trimestriels)
 
Les Anciens (militaires) du 8°, 18° et 28° de Génie ; L’Après-guerre ; La Chaouia ; La Voix Française…En plus des dizaines d’Annuaires, Bulletins, Gazettes etc.


Pour la petite histoire : Lorsque Si Abdellah Guennoun publia à Tétouan son livre Annoubough Al Maghribi Fi Al Adab el – Arabi. Le journal de la Résidence «  Essaada  » distribué principalement à Casablanca, publia dans son numéro 4592 un communiqué de S.Exl. Le général adjoint de S.Exl. Le Chef suprême de l’Armée, interdisant la vente du livre, son exploitation et sa diffusion… !

                                Les villes marocaines dans deux journaux portugais
                                               (O Século et Diario Popular)
                                                                                           Mohammed SALHI
                                                                                   Université Mohammed V - Rabat

La présence portugaise dans la ville de Casablanca remonte à très longtemps, En décrivant cette ville et ses espaces, Herlander Ribeiro dit dans son livre « Uma semana em Marrocos » :
« qu’est né la colonisation européenne quand l’actuelle Casablanca a été conquise par les Portugais… dans ce quartier ils ont vécu jusqu’à ce que la ville commença à s’étendre en 1907, à croître de jour en jour, jusqu’à arriver à ce qu’elle aujourd’hui : une jolie et hygiénique ville, un petit Paris… une ville pleine de parcs Toutes les villes marocaines conservent les « quartiers arabes » : ici à Casablanca, c’est du côté du quartier arabe qui neutralisent la chaleur qui vient de l’intérieur, une ville, avec de grands édifices et avec grandes avenues pleins de jardins et d’élégants boulevards ».

-Ce qui attire l’attention du premier visiteur étranger c’est la dualité qui caractérise la ville, il s’agit de deux Casablanca, José de Freitas dit :

« A Casablanca il y ‘a deux Casablanca: la Casablanca arabe et la Casablanca européenne. Dans la première, tout donne l’impression de continuer et d’être indifférent au progrès. Dans la deuxième, il y’a une folle fièvre de construction d’édifices de commerce et de mouvements. La première est placide, peu chaleureuse, tranquille ; la deuxième est dynamique, vivante de joie postiche… La grande ville qui paraît atteindre déjà 700 mil habitants, la première de toute l’Afrique Occidentale jusqu’au Cap, va posséder, dans peu de mois, une télévision… L’habitant de Casablanca sera le premier citoyen à bénéficier, dans ce continent, de l’une des plus grandes inventions de la science moderne.  Mais il s’agit du citoyen européen. L’indigène que se soit celui des kabyles (1)  de l’Atlas ou celui des régions chaudes du Soudan ou du Brazzaville ou de Dakar, ne verra pas sa vie s’amélioré ou plus confortable. Il va continuer à vivre sous le soleil brûlant du Maroc, dans des conditions misérables, couverts par des haillons, sal, pieds nus, très pauvre et affamé. C’est pour cela que l’arabe voit au palais de la télévision avec indifférence et avec haine profonde dans son cœur ».

Le Marocain, l’indigène marocain c’est le bon sauvage qui vit à la marge de toute civilisation et progrès. L’européen, l’occidental c’est le civilisé, le porteur du bien et du progrès pour l’autochtone. Cette vision manichéenne se reflète dans tous les aspects. Tout ce qui est nouveau, tout ce qui est moderne et propre est en relation avec l’européen ; et tout ce qui est sal, sous développé, mauvais et rétrograde caractérise l’autochtone. De toute façon l’espace de Casablanca se présente divisé en deux espaces antagonistes et séparés, l’un se méfie de l’autre. L’espace occupé par les européens est considéré le Paris du Maroc, la capitale de la mode, Redondo Junior dit : « …Une ville où on peut lire, à dix heures, les journaux de Paris du même jour…Les dernières créations de mode de la capitale française arrive instantanément à la capitale du lux du Nord de l’Afrique pour caresser la peau d’une demi douzaine de mannequins… Casablanca dispose de tout, mannequins, journaux, grattes-ciel ... Casablanca possède l'un des plus grands ports commerciaux du continent noir ... Elle possède le mystère du fameux film appelé "Casablanca".
A cet espace occupé par les européens, s'oppose, selon Freitas, un autre espace occupé par les autochtones. La relation entre les deux espaces se caractérise comme je viens de le dire par la méfiance, la haine et le mépris; le vendeur marocain est pour l'européen un avide et une personne dure:
"Les vendeurs eux-mêmes sont des personnes dures. Elles offrent et presque elles imposent leur marchandise, discutent le prix, elles ne lâchent pas l'éventuel client, toujours dur, sans sourire, comme si l'achat était pour le touriste une obligation naturelle ... Dans ces kilomètres, heureusement peu, que j'ai pu parcourir à Casablanca, je n'ai pas vu de visage gaie. Ce qui s'impose dès le premier contact c'est la certitude d'être dans une ville divorcée. Des arabes divorcés des européens, ou mieux, des Français, des juifs qui se méfient de tout et même les portugais qui vivent en s'inquiétant uniquement de leur travail".
                                                                             *************************
 ****************
Les manifestations de l'ex place Lyautey sous le Protectorat.
***********

Organisées par le conseil municipal, la subdivision militaire et où les associations patriotiques, sportives et culturelles de la communauté européenne, les manifestations avaient pour lieu de démonstration la place Lyautey.



Place Lyautey: Défilé et présentation d'armes devant la statue de la victoire, manifestation présidée par le Général Duval en 1955.



La carte postale, un redoutable instrument de propagande, utilisé à une très grande échelle ...


Une manifestation patriotique, en présence des habitants de la ville européenne.


1920: Les habitants de la ville européenne autour du kiosque à musique, place Lyautey. Au premier plan, le fameux cadran solaire, qui résiste toujours, en face de la poste principale.
                                                      ********************************

1919: Ces trois batiments constituaient l'ossature de la future place, il fallait mettre en valeur la "gran place" à l'instar de celles de l'Algérie et de la Tunisie. Ces trois batiments abriterons le symbole du "pouvoir" du protectorat. Au centre, le tribunal de justice Française, à droite, la Subdivision militaire, à gauche le Mess des Officiers. Dotés d'un seul mât pour hisser le seul et unique drapeau Français. Les autres batiments de la place Lyautey, Poste, Bank Al Maghrib et la Wilaya étaient au départ dotés de deux mâts pour les drapeaux marocains et français.
                                                                                           ********************
Place Lyautey: Un des premiers camps installés dans l'actuelle place Mohammed V.
 


Place Lyautey (au fond le Tribunal ) une scène du carnaval organisé par les habitants de la ville européenne.
          Place Lyautey: Le Mardi Gras, célébré par les habitants de la ville européenne.
           Chaque communauté avait son char orné de fleurs, drapeaux etc... Comme sur cette image la Miss locale faisait partie du décor.

                                     Carte postale qui reflète l'état d'esprit de l'époque.
                             ****** ***************************

         Encore une fois, nous sommes en présence d'une facheuse erreur stratégique du système de protectorat.
Jean Perron cite une enquête faite auprès de 1 000 enfant européens de 12 à 16 ans, sur leur connaissance du milieu marocain. Des explications de mots courants leur ont été demandées :

75 % d’entre eux avaient donné comme synonyme du mot « vizir », les termes « garde-champêtre » ou « ordonnance ». Ces jeunes ont été invités à dessiner le drapeau marocain et 7, 15 % seulement l’ont dessiné correctement. 
                      ************************








« Casablanca 386 » creée en plein Médina en 1907, telle fut la première « cellule » des francs maçons affiliés au G.O d’Espagne.


- Les F F ¨ qui étaient 3 en 1907 (sur une population de 1000 européens de la Médina) sont 7 le 26 juin 1910 et passent du triangle initial à une loge. «  Le Phare de la Chaouia »

                                  ********************* 

La deuxième guerre mondiale et  la situation économique,  à travers la presse :      


                                                   *********************


                                                                        ********************************


                                                  ******************************


                                                    *****************************


                                                                                      ******************



                                                                                               ************


                                                                                               ************


                                                                                                     Batterie de montagne.


Le salut au drapeau.

                                                                                  **********************


Photo Abdellah Naguib: Plaque commémorative à la mémoire des soldats morts pour la France.

Les consommateurs marocains de la Médina et du Mellah.
                                     ******************************
                                  Photo Abdellah Naguib: plaque commémorative à la mémoire des soldats morts pour la France.
Une attention toute particulière pour les ménagères.
                                                           **********************************************
C'est déjà pas mal !
                                           ***********************
                          Photo Abdellah Naguib: Plaque commémorative à la mémoire des soldats allemands, morts au Maroc.
Les provisions de ... Route.
                                                  ******************
                                Les mêmes titres étaient en circulation au Maroc pour la viande et la ... charcuterie pour les fines bouches.
                                                                      Tout est rationnés, y compris les détersifs.
                                                                                    Et les matières grasses.

                                         Il me semble que ce type de bon de solidarité n'avait pas cours chez nous, une soupe pour un enfant ?
Les villes eurpéennes: Vous avez certainement compris que les quartiers dits indigènes, ne sont nullement concernés par ces "restrictions", les nôtres étaient d'une tout autre natures ...
                                                                Le conseil régional de surveillance veillait aux grains...

                                                      Photo Abdellah Naguib: Le monument aux morts de la guerre 1914-1918.
 Le rationnement, le ravitaillement, le Bon, Alboun en darija etc...
Il est de notoriété publique que la production du sucre en "9aleb" est destinée dans sa totalité aux Marocains, qui l'utilise pour la préparation du thé à la menthe "Anna3na3". Cette publicité fallacieuse servait les intérêts de ceux qui se sucraient sur le dos de la population marocaine ... Dindons de la farce où ...

-Avec la carte, nous en aurons peu, mais nous en aurons tous !
- Casse aujourd'hui ton sucre en deux pour en avoir demain ?
                                                                                            Inadmissible
                    ********************

Photo Abdellah Naguib: plaque commémorative à la mémoire des soldats morts pour la France, lors de la deuxième guerre mondiale.


-l’Association Amicale des Français du Maroc, pris à partir de 1913 le nom de « CERCLE FRANÇAIS DE CASABLANCA » dont le bureau était composé de MM. Favre, Busset, Alexandre, Paradis, Andrieu, Fayolle, De Chancel, Fournet, Dupont, De Saboulin, Baron et Damet.

                               

 
Le carnaval.
   **********
Le bon vieux temps des années 50
 

 


 


 
Michel de la Varde, auteur de « Casablanca Ville d’émeutes » évoque sans concession, la situation de la ville sous le protectorat.  Rare sont les « journalistes » étrangers (1) qui se hasardaient à évoquer l’ambiance étouffante dans laquelle nous vivions. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer,  il y aura toujours des hommes qui auront le courage de rapporter  les EVENEMENTS qu’ils ont  vécus.

Dans le chapitre II, intitulé « Les étranges mœurs de Casablanca » il nous livre les petits secrets des ultras de la ville européenne avant l’indépendance du pays:

« Casablanca est une ville qui a trois visages. Le premier, pour sûr, est nettement français par l’abondance du bistro. Le bistro est roi à Casablanca, que ce soit dans le centre ou à la périphérie. Seul Anfa échappe à cet engouement, mais on sait que les riches se saoulent à domicile. Question de dignité. Le bistro casablancais à un net avantage sur le bistro parisien ou banlieusard. Il travaille facilement à crédit, et l’on a vu des bars qui faisaient – quelquefois à perte – des créances de plus de 100.000 francs (1.000 DH) à des clients. On travaille à la confiance et souvent à l’abus de confiance. Je connais des tas d’ivrognes dans la banlieue parisienne qui, s’ils lisent ça, vont prendre tout de suite le bateau pour Casa.

Le deuxième visage est typiquement méditerranéen : c’est le parler gras à l’étrange accent méridional, c’est l’olive toujours sur le comptoir, c’est l’Oranais hâbleur, l’Italien volubile, l’Espagnol entreprenant, c’est le « dolce farniente » des spectacles de belotes qui commencent à huit heures du matin et qui se continuent jusqu’à dix heures le soir. Et ces gens gagnent leur vie.

Le troisième est américain. La vente à crédit y a acquis droit de cité, le logement dans les buildings est très cher, mais le confort y est impeccable, l’automobile reine et les machines à sous nombreuses.

Tels sont les trois types de Casablanca, cette ville « étrange et troublante » comme dit la chanson (Georges Ulmer). Une personne qui séjourne depuis près d’un an à Casablanca est étonnée de certains travaux qui la stupéfient et dont elle cherche –si elle n’est pas accoutumée au pays- en vain la raison. Ainsi, prenons l’artère principale : le boulevard de la Gare, place Nicolas Paquet, à l’angle de la rue Savorgnan-de-Brazza. La scène se passe en 1954, au début de l’année, on goudronne le carrefour. Quatre mois plus tard, on défonce la chaussée et on y place des petits pavés, mais de façon si maladroite que les deux côtés de la chaussée ne se raccordent pas. Il y a peut-être un écart de 25 centimètres entre les deux côtés de la chaussée. Qu’à cela ne tienne… Tout cela est voulu, ce n’est point incompétence, ni sabotage… C’est plus malin. On redéfonce  pour la troisième fois en huit mois la rue Savorgnan-de-Brazza et l’on fait un refuge au milieu… L’explication est toute simple, car sur chacun des trois visages de Casablanca, il y a un masque oriental et ce masque s’appelle « backschich », où simplement « fabor » en marocain. « Fabor », c’est la petite commission en plus pour un arrangement à l’amiable, c’est le pourboire d’un gros service, etc… La municipalité de Casablanca n’est pas élue, mais choisie parmi les personnalités les plus marquantes du commerce et de l’industrie et à la tête d’icelle se trouve toute une maffia de fonctionnaires qui aspirent à une fortune rapide… C’est toujours la même entreprise qui pave et surtout dépave les rues de Casablanca, c’est toujours le même fonctionnaire qui met en adjudication le pavage et le dépavage.
  *******************

 Au premier plan, les baraques de l'école européenne, angle avenue Hassan II ex Général d'Amade et le Bd de Paris, au centre, le Théâtre Municipal.
 *****************
 Légende de la carte postale: Panorama de la Ville Européenne de Casablanca.
Une partie des membres de la commission municipale de ... Casablanca, désignés par la Résidence Générale.
 ***************
Les principales églises de Casablanca: Charles de Foucauld, Roches Noires, Cathédrale du Sacré-Cœur, Maarif et Notre dame du rond point d'Europe.
***********
 
Photo souvenir d'une famille européenne au parc de la ligue arabe ex parc Lyautey, au fond la Cathédrale du Sacré-Cœur. 

Publication d’un Annuaire des années 20.

Une description historique de Casablanca qualifiée à la fois le « Petit Paris » marocain, la « Grande Ville » et le « Principal port » du Maroc.

C’est là que  l’empreinte française s’accuse le plus : Constructions modernes ; commodités de la ville et genre d’existence ; activité économique.

Les deux principes qui président à l’établissement des plans de villes au Maroc sont ceux-ci : En premier, la séparation de la ville indigène et de la ville européenne ; séparation indispensable à l’hygiène et reconnue, après expérience, plus favorable aussi aux échanges sociaux qu’un contact trop constant et trop direct etc…
********************
 
Avenue Houmane El Fetouaki ex Général Drude !
***********
 
**************
La ville européenne prend forme en face de l'Ancienne Médina. A partie de la droite, le premier marché central, le café glacier (café de France), l'entrée du Bd Mohammed V ex Bd de la Gare, l'angle du café chez Maxwell et du roi de la bière (immeuble BMCI), l'hôtel Excelsior en construction, l'Alhambra (CTM) et à l'angle du Bd Houphouët Boigny ex 4ème Zouaves la Banque du Maroc.
*************
Pour répondre aux besoins de la population Européenne, un Palais de Justice Française a été inauguré place Lyautey, doté d'un seul mat au lieu de deux (drapeaux marocains et français) comme pour les administrations Chérifiennes, il comporte quelques motifs des artisans marocains en plus des tuiles et zellij pour lui donner une "touche" locale et une appellation architecturale du type "mauresque" "arabo andalouse" "néo coloniale" etc. Les spécialistes de l'époque ont eu "l'idée" de rajouter des citations en arabe (SVP) relative à la justice ! Il s'agit de deux écussons (voir ci-dessous) que je publie pour la première fois, le texte est "flou" et prête à confusion ...
*************
Les deux écussons des deux cotés de la fenêtre. A méditer ...
**************
 LA PLACE LYAUTEY

LE BON VIEUX TEMPS ...


Organisées par le conseil municipal, la subdivision militaire et où les associations patriotiques, sportives et culturelles européennes, les manifestations avaient pour lieu de démonstration la place Lyautey, qui sera progressivement dotée de stèles, statues, plaques commémoratives et monuments classés patrimoine historique. Le plan d'aménagement de la place Lyautey, répond aux critères classiques des places ... tribunal, poste, banque centrale, municipalité etc.


Il faut tenir compte du contexte politique et militaire, pour avoir une idée précise sur l'importance accordée aux "places" en Afrique du Nord !

Les résponsables des trois pays et leurs collaborateurs, tenaient des réunions d'information et de concertation dans les domaines de la sécurité, urbanisme, liberté, presse, activités des parties politiques, confréries etc.

La Conférence Nord Africaine, qui s'est tenue à Rabat en 1924 réunira Le Maréchal Lyautey, Résident Général de France au Maroc, Mr Saint, Résident Général de France en Tunisie et Mr Steeg, Gouverneur d'Algérie.
                                                                       ******
Au Maroc, c'est l'architecte français Henri Prost qui dressera le plan de la future "place" de Casablanca. Après un séjour de quinze ans à Istamboul, il dressera le plan de la place Taksim, qui sera approuvé par Mustapha Kemal. Son remarqueble livre intitulé " Lyautey et les méthodes françaises de coloniasation" constitue un apport inestimable pour ceux qui s'interessent à l'histoire du Maroc.
                                                                          ****

1924 : La conférence nord africaine tenue à Rabat : De gauche à droite, Madame la Maréchale Lyautey, Mr Steeg gouverneur de l'Algérie, Mr Saint, Résident Général de France en Tunisie, le Maréchal Lyautey, Résident Général de France au Maroc et Mme Saint.
1924 : La conférence nord africaine tenue à Rabat : De gauche à droite, Madame la Maréchale Lyautey, Mr Steeg gouverneur de l'Algérie, Mr Saint, Résident Général de France en Tunisie, le Maréchal Lyautey, Résident Général de France au Maroc et Mme Saint.

La statue de Jeanne d'Arc à Alger.
La statue de Jeanne d'Arc à Alger.

La statue du Cardinal Lavigerie à Tunis.
La statue du Cardinal Lavigerie à Tunis.

Casablanca en 1912, juste après le traité de Protectorat.
Casablanca en 1912, juste après le traité de Protectorat.

La situation des terrains militaires au 16 Novembre 1914 ...
La situation des terrains militaires au 16 Novembre 1914 ...


Esquisse signée par l'architecte Prost. Coupole et minaret !
Esquisse signée par l'architecte Prost. Coupole et minaret !

La future place Lyautey.
La future place Lyautey.


Le tribunal de juridiction Française.
Le tribunal de juridiction Française.

Les services municipaux avec son minaret.
Les services municipaux avec son minaret.

Le Quartier Général du Corps de Débarquement. Au lendemain du bombardement de la ville de Casablanca du 5 au 7 aout 1907, les forces terrestres et de la marine occuperont cette place qui portera le nom du Maréchal Lyautey, théâtre de nombreuses attaques menées par les résistans casablancais et de la Chaouia.
Le Quartier Général du Corps de Débarquement. Au lendemain du bombardement de la ville de Casablanca du 5 au 7 aout 1907, les forces terrestres et de la marine occuperont cette place qui portera le nom du Maréchal Lyautey, théâtre de nombreuses attaques menées par les résistans casablancais et de la Chaouia.


Avenue Hassan II ex la Rue des Camps, ex avenue d'Amade.
Avenue Hassan II ex la Rue des Camps, ex avenue d'Amade.

Angle Av Hassan II et Bd de Paris : Le kiosque à musique, un jour de concert, a gauche, le cadran solaire du camp de Benslimane.
Angle Av Hassan II et Bd de Paris : Le kiosque à musique, un jour de concert, a gauche, le cadran solaire du camp de Benslimane.

Vue aérienne de la ville de Casablanca.
Vue aérienne de la ville de Casablanca.

La caserne Heude - Zouaves, angle avenue Hassan II et Bd Rachidi.
La caserne Heude - Zouaves, angle avenue Hassan II et Bd Rachidi.

Le premier siège des services municipaux, au conservatoire de musique du Bd de Paris.
Le premier siège des services municipaux, au conservatoire de musique du Bd de Paris.

Maquette : Un des projets de construction des services municipaux. Clocher, minaret, horloge ...
Maquette : Un des projets de construction des services municipaux. Clocher, minaret, horloge ...

Le démarrage du chantier de construction des services municipaux.
Le démarrage du chantier de construction des services municipaux.

En cours d'achèvement.
En cours d'achèvement.

Vue aérienne de la place Lyautey.
Vue aérienne de la place Lyautey.

Les services municipaux, au fond à droite, la caserne Zouaves-Heude.
Les services municipaux, au fond à droite, la caserne Zouaves-Heude.

Vue du tribunal de la place Lyautey dans les années 50.
Vue du tribunal de la place Lyautey dans les années 50.

La parade militaire, place Lyautey.
La parade militaire, place Lyautey.

La place Lyautey avant la construction du théâtre municipal.
La place Lyautey avant la construction du théâtre municipal.

Vue aérienne de la place Lyautey.
Vue aérienne de la place Lyautey.

Vue de la place Lyautey du coté de l'avenue Mers Sultan et de la CCIFM.
Vue de la place Lyautey du coté de l'avenue Mers Sultan et de la CCIFM.

Place Lyautey, au fond le tribunal de juridiction française. Légende de la carte postale : " Le Tertre où le général Drude planta sa tente en 1905 " Petite réctification : Le général Drude planta sa tente en aout 1907 ...
Place Lyautey, au fond le tribunal de juridiction française. Légende de la carte postale : " Le Tertre où le général Drude planta sa tente en 1905 " Petite réctification : Le général Drude planta sa tente en aout 1907 ...

Place Lyautey : La stèle commémorative du débarquement, à gauche un soldat du 4ème Zouaves dans sa tenue traditionnelle, au fond le cercle des Officiers.
Place Lyautey : La stèle commémorative du débarquement, à gauche un soldat du 4ème Zouaves dans sa tenue traditionnelle, au fond le cercle des Officiers.

La place Lyautey occupée par le 4 ème Zouaves, c'est l'emplacement actuel de la fontaine. Au fond, la caserne des Zouaves (Heude) en cours de construction à l'angle de l'avenue Hassan II ex général d'Amade et Bd Rachidi ex Bd Gouraud.
La place Lyautey occupée par le 4 ème Zouaves, c'est l'emplacement actuel de la fontaine. Au fond, la caserne des Zouaves (Heude) en cours de construction à l'angle de l'avenue Hassan II ex général d'Amade et Bd Rachidi ex Bd Gouraud.

Légionnaires et Zouaves à proximité de la place Lyautey.
Légionnaires et Zouaves à proximité de la place Lyautey.

Place Lyautey, l'entrée du Camp des Zouaves. Au centre, à cheval le général Moinier.
Place Lyautey, l'entrée du Camp des Zouaves. Au centre, à cheval le général Moinier.

Place Lyautey : Le général Moinier.
Place Lyautey : Le général Moinier.

Place Lyautey : La Subdivision militaire.
Place Lyautey : La Subdivision militaire.

Place Lyautey : Le fameux cadran solaire ...
Place Lyautey : Le fameux cadran solaire ...

La Subdivision.
La Subdivision.

Place Lyautey : La statue du Maréchal Lyautey qui fait face à celle de la victoire.
Place Lyautey : La statue du Maréchal Lyautey qui fait face à celle de la victoire.

Place Lyautey : la statue de la victoire, la région civile et la cathédrale du Sacré-Cœur.
Place Lyautey : la statue de la victoire, la région civile et la cathédrale du Sacré-Cœur.

La légende " Le Palais de Justice ( le coin des mamans) !
La légende " Le Palais de Justice ( le coin des mamans) !

A coté de son QG, Le général d'Amade entouré de ses collaborateurs qui avaient en charge la gestion de la ville de Casablanca, cette dernière sera soumise à un régime militaire de 1907 à 1912 et de 1914 à 1918.
A coté de son QG, Le général d'Amade entouré de ses collaborateurs qui avaient en charge la gestion de la ville de Casablanca, cette dernière sera soumise à un régime militaire de 1907 à 1912 et de 1914 à 1918.

Place Lyautey : Défilé militaire devant la statue du Maréchal Lyautey.
Place Lyautey : Défilé militaire devant la statue du Maréchal Lyautey.

Place Lyautey : Présentation "armes" au général Duval, devant la statue de la victoire.
Place Lyautey : Présentation "armes" au général Duval, devant la statue de la victoire.

Place Lyautey : Ouverture du carnaval par les habitants de la ville européenne. Au fond le cercle des Officiers.
Place Lyautey : Ouverture du carnaval par les habitants de la ville européenne. Au fond le cercle des Officiers.

Place Lyautey : Le déguisement des " carnavaliers " en tenue des "gens du pays". Au fond le tribunal.
Place Lyautey : Le déguisement des " carnavaliers " en tenue des "gens du pays". Au fond le tribunal.

Place Lyautey : Les préparatifs du carnaval devant la statue de la victoire.
Place Lyautey : Les préparatifs du carnaval devant la statue de la victoire.

Place Lyautey : Les services administratifs de Casablanca (guerre 1914-1918)
Place Lyautey : Les services administratifs de Casablanca (guerre 1914-1918)

Place Lyautey : Mariage civil aux services municipaux.
Place Lyautey : Mariage civil aux services municipaux.

Place Lyautey : Décernement de médailles du travail aux services municipaux.
Place Lyautey : Décernement de médailles du travail aux services municipaux.

Place Lyautey : Concours du plus beau bébé de ... Casablanca, les jeunes "concurrents" de la ville européenne et les membres du jury posent pour la postérité, devant l'entrée des services municipaux.
Place Lyautey : Concours du plus beau bébé de ... Casablanca, les jeunes "concurrents" de la ville européenne et les membres du jury posent pour la postérité, devant l'entrée des services municipaux.

Place Lyautey : Sous la statue du Maréchal Lyautey, les habitants de la ville européenne font leurs adieux au Maréchal Juin, en présence du contrôleur civil Boniface, en tenue blanche.
Place Lyautey : Sous la statue du Maréchal Lyautey, les habitants de la ville européenne font leurs adieux au Maréchal Juin, en présence du contrôleur civil Boniface, en tenue blanche.

Casablanca sous le régime de Vichy. Le journal de la Résidence "Assaada" fait des siennes en participant à la campagne de propagande d'une tout autre nature. Nous sommes condamné à adhérer à toutes les propagandes !
Casablanca sous le régime de Vichy. Le journal de la Résidence "Assaada" fait des siennes en participant à la campagne de propagande d'une tout autre nature. Nous sommes condamné à adhérer à toutes les propagandes !

Place Lyautey : La façade du tribunal de juridiction Française est couverte par l'effigie du Maréchal Pétain ( les Marocains ne savaient plus à quel Maréchal se vouer) les cavaliers des années vingt pointent du nez pour le baroud d'honneur ... Les prédécesseurs de Pétain avaient pour reflexe de nous déclarer leur "amour" pour ce beau pays et le respect de ses "traditions". Le Maréchal Pétain nous propose "sereinement" un nouveau slogan sur mesure : TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE ...
Place Lyautey : La façade du tribunal de juridiction Française est couverte par l'effigie du Maréchal Pétain ( les Marocains ne savaient plus à quel Maréchal se vouer) les cavaliers des années vingt pointent du nez pour le baroud d'honneur ... Les prédécesseurs de Pétain avaient pour reflexe de nous déclarer leur "amour" pour ce beau pays et le respect de ses "traditions". Le Maréchal Pétain nous propose "sereinement" un nouveau slogan sur mesure : TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE ...

Place Lyautey : Les habitants de la ville européenne assistent en masse à une cérémonie patriotique devant la statue de la victoire.
Place Lyautey : Les habitants de la ville européenne assistent en masse à une cérémonie patriotique devant la statue de la victoire.

Type de carte postale en vente dans la ville européenne de Casablanca.
Type de carte postale en vente dans la ville européenne de Casablanca.

Place Lyautey : Le Résident Général Noguès, représentant le régime de vichy, fait le "tour du propriétaire" ! Au fond le tribunal et le cercle des Officiers.
Place Lyautey : Le Résident Général Noguès, représentant le régime de vichy, fait le "tour du propriétaire" ! Au fond le tribunal et le cercle des Officiers.


Autre spécimen de cartes postales mises en vente dans la ville européenne de Casablanca.
Autre spécimen de cartes postales mises en vente dans la ville européenne de Casablanca.

Place Lyautey : Avaler toutes les couleuvres oui ! Mais pas de cette dimension, est-ce une de ces milices d'Europe centrale ou de vénérables partisans qui font de la figuration !
Place Lyautey : Avaler toutes les couleuvres oui ! Mais pas de cette dimension, est-ce une de ces milices d'Europe centrale ou de vénérables partisans qui font de la figuration !

Une des nombreuses réceptions organisées par le Résident Général Noguès à Casablanca. Accroché au mur l'effigie du Maréchal avec cette pertinente inscription "Révolution Française" ...
Une des nombreuses réceptions organisées par le Résident Général Noguès à Casablanca. Accroché au mur l'effigie du Maréchal avec cette pertinente inscription "Révolution Française" ...

Une partie de la mémoire de la ville de Casablanca, celle qui relève du domaine sportif est riche en évènements ... Au stade Philip, le salut du drapeau par l'équipe de France qui rencontrera celle du Maroc ...
Une partie de la mémoire de la ville de Casablanca, celle qui relève du domaine sportif est riche en évènements ... Au stade Philip, le salut du drapeau par l'équipe de France qui rencontrera celle du Maroc ...

La vitrine du magasin "Grand Bon Marché" remportera le premier prix du Maréchal Pétain, qui recompense a meilleure vitrine.
La vitrine du magasin "Grand Bon Marché" remportera le premier prix du Maréchal Pétain, qui recompense a meilleure vitrine.

Place Lyautey ...
Place Lyautey ...

Place Lyautey : Après l'opération Torch, défilé de soldats américains en présence d'une nombreuse assistance.
Place Lyautey : Après l'opération Torch, défilé de soldats américains en présence d'une nombreuse assistance.

Place Lyautey : Le général Clark prononce son discours devant la statue du Maréchal Lyautey, à l'occasion du défilé des troupes et matériel américains.
Place Lyautey : Le général Clark prononce son discours devant la statue du Maréchal Lyautey, à l'occasion du défilé des troupes et matériel américains.

Place Lyautey : Devant les services municipaux, le général de Gaulle chef de la France libre, salue le drapeau avant de prononcer son discours devant la statue de Lyautey. A ses cotés le général Catroux.
Place Lyautey : Devant les services municipaux, le général de Gaulle chef de la France libre, salue le drapeau avant de prononcer son discours devant la statue de Lyautey. A ses cotés le général Catroux.

Place Lyautey : Le général de Gaulle chef de la France libre prononce son discours, au fond l'horloge des services municipaux ornée de la Croix de Lorraine.
Place Lyautey : Le général de Gaulle chef de la France libre prononce son discours, au fond l'horloge des services municipaux ornée de la Croix de Lorraine.

Et pour terminer, les personnalités des années 50 responsables de la ville de Casablanca. De droite à gauche, Boniface, le contrôleur civil, Mokri, le pacha de la ville et le général Langlade chef de la région militaire.
Et pour terminer, les personnalités des années 50 responsables de la ville de Casablanca. De droite à gauche, Boniface, le contrôleur civil, Mokri, le pacha de la ville et le général Langlade chef de la région militaire.
****************
*******

LES EGLISES ET TEMPLES DE CASABLANCA


Le ministère de la Culture vient de classer [l’Eglise orthodoxe russe de Casablanca au patrimoine national.
Il est temps de classer la plus ancienne et historique église Anglicane de la rue des Frères Guedj ...
La communauté étrangère de Casablanca, Français, Espagnols, Italiens, Anglais, Grèques, Portugais, Allemands, Suisses, Polonais etc... Ont contribués à l'embellissement de la ville Européenne à travers les lieux de cultes qui font partie du patrimoine de la ville.
                                                   §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Pour donner du sens à la présence d'une communauté et ne pas travestir l'histoire, il faut commencer par rétablir la vérité toute simple, en désignant le lieu de résidence de ces communautés par leur nom à savoir LA VILLE EUROPEENNE    Il est anormal de s'ingénier à vouloir, inlassablement et par tous les moyens de donner à ce lieu des noms du type "centre ville" "centre historique" par rapport à quoi ?
 
LA VILLE EUROPENNE correspond à l'histoire de ses habitants, leur culture, traditions etc. Eglises, Clubs, Associations culturelles, sportives, patriotiques, Brasseries, Restaurants, dancing, banques, presse etc... Il est anormal, de vouloir une fois de plus escamoter l'histoire de cette ville Européenne !
A ce que je sache, Volubilis est le témoignage de la présence ROMAINE, ses monuments archtecturaux correspondent à une civilisation, une culture ... Il est temps de rendre a Cesar ...
                                                                §§§§§§§§§§§§§§§§
Les carnavals, bals masqués, mardi-gras, défilés de mode, soirées mondaines, déguisements, processions religieuses, circuits et courses cyclistes, les éléctions de miss, les institutions caritatives et l'architecture coloniale. Ce sont là des faits historiques, qui font partie de la mémoire et de l'histoire de la ville EUROPEENE de CASABLANCA !
                                                                 §§§§§§§§§§§§§§
Photo A.NAGUIB L'Une des plus anciennes de Casablanca : l'église Anglicane de la rue des Frères Felix et Max Guedj.
Photo A.NAGUIB L'Une des plus anciennes de Casablanca : l'église Anglicane de la rue des Frères Felix et Max Guedj.

Photo A.NAGUIB 1864 : Le cimetière anglais.
Photo A.NAGUIB 1864 : Le cimetière anglais.

Photo A.NAGUIB l'Eglise Espagnole - BUENAVENTURA - de la rue de Tanger en Ancienne Médina.
Photo A.NAGUIB l'Eglise Espagnole - BUENAVENTURA - de la rue de Tanger en Ancienne Médina.

Photo A.NAGUIB L'Eglise Orthodoxe Russe, qui vient d'être classée par le Ministère de la Culture au patrimoine national.
Photo A.NAGUIB L'Eglise Orthodoxe Russe, qui vient d'être classée par le Ministère de la Culture au patrimoine national.

Photo A.NAGUIB : l'ancienne Eglise du Maarif.
Photo A.NAGUIB : l'ancienne Eglise du Maarif.

La procession des enfants du quartier Européen des Roches-Noires.
La procession des enfants du quartier Européen des Roches-Noires.

La procession du Maarif, l'une des plus importante de Casablanca.
La procession du Maarif, l'une des plus importante de Casablanca.

Photo A.NAGUIB : l'Eglise des Roches-Noires vue du parc mitoyen. C'était la plus belle de toute la ville Européenne.
Photo A.NAGUIB : l'Eglise des Roches-Noires vue du parc mitoyen. C'était la plus belle de toute la ville Européenne.

Photo A.NAGUIB : C'était la Cathédrale du Sacré-Cœur à l'image de celle de Tunis et d'Alger. Ci-dessous, pour mémoire seulement, une annonce par voie de presse, qui nous donne une idée sur la situation des lieux de culte catholique de Casablanca ... "  Un Comité vient de se fonder à Casablanca pour la construction d’une église catholique française. Les initiateurs ont été poussés par le désir de ne pas laisser créer une église sous le drapeau d’une autre puissance et d’assurer le culte catholique tant aux colons qu’aux nombreux soldats qui débarquent ou stationnent à Casablanca. La future église, au contraire de la chapelle espagnole, sera établie en plein quartier extra urbain et à proximité du camp. Le Comité nous prie d’annoncer que les souscriptions des Français que cette initiative intéresse peuvent être adressées à M. Fenoy, trésorier, du Comité de l’église catholique française, à Casablanca. Elles peuvent être remises aussi au Comité du Maroc, 21, rue Cassette, à Paris".
Photo A.NAGUIB : C'était la Cathédrale du Sacré-Cœur à l'image de celle de Tunis et d'Alger. Ci-dessous, pour mémoire seulement, une annonce par voie de presse, qui nous donne une idée sur la situation des lieux de culte catholique de Casablanca ... " Un Comité vient de se fonder à Casablanca pour la construction d’une église catholique française. Les initiateurs ont été poussés par le désir de ne pas laisser créer une église sous le drapeau d’une autre puissance et d’assurer le culte catholique tant aux colons qu’aux nombreux soldats qui débarquent ou stationnent à Casablanca. La future église, au contraire de la chapelle espagnole, sera établie en plein quartier extra urbain et à proximité du camp. Le Comité nous prie d’annoncer que les souscriptions des Français que cette initiative intéresse peuvent être adressées à M. Fenoy, trésorier, du Comité de l’église catholique française, à Casablanca. Elles peuvent être remises aussi au Comité du Maroc, 21, rue Cassette, à Paris".

Inauguration de la Kermesse du Sacré-Cœur. Il me semble que cet ancienne Cathédrale à été ... classée avant l'Eglise orthodoxe russe ...
Inauguration de la Kermesse du Sacré-Cœur. Il me semble que cet ancienne Cathédrale à été ... classée avant l'Eglise orthodoxe russe ...

Photo (1980) A.NAGUIB : L'Eglise Orthodoxe Grecque.
Photo (1980) A.NAGUIB : L'Eglise Orthodoxe Grecque.

Un intermède divertissant : Cette carte postale nous montre un simulacre d'appel à la prière à partir de la terrasse de la Cathedrale du Sacré-Cœur, par une personne en tarbouch !
Un intermède divertissant : Cette carte postale nous montre un simulacre d'appel à la prière à partir de la terrasse de la Cathedrale du Sacré-Cœur, par une personne en tarbouch !

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

       Le     LLL












 




 


















 







































 




 







Texte d'origine